Actualités de l'Urgence - APM

16/09 2022
Retour

DANS LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS: CH DE CAHORS, CH DE ZUYDCOOTE, CH DE COMPIÈGNE-NOYON

Le 16 septembre 2022 (APMnews) -

OCCITANIE: Le CH de Cahors victime d'une cyberattaque

CAHORS - Le centre hospitalier (CH) de Cahors a été victime lundi d'une "intrusion informatique" qui a essentiellement impacté la messagerie, a-t-on appris vendredi auprès de l'établissement.

Les données du dossier patient informatisé (DPI) ne sont "pas impactées" car elles sont hébergées chez un "prestataire certifié hébergeur données de santé". Ainsi, l'hôpital "continue à prendre en charge normalement ses patients", explique le CH.

La "mise en sécurité du système informatique de l'établissement a été réalisée immédiatement et nécessite actuellement un accès limité à l'internet grand public".

Le service informatique, assisté de l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi) et du CERT (Computer Emergency Response Team) Cyberveille, met actuellement tout "en oeuvre pour un retour à la normale dans les meilleurs délais", précise l'établissement.

HAUTS-DE-FRANCE: Deux demandes d’autorisation pour des activités de SSR refusées au CH maritime de Zuydcoote

ZUYDCOOTE (Nord) - L’agence régionale de santé (ARS) Hauts-de-France a refusé deux demandes d’autorisation d’exercer des activités de soins de suite et de réadaptation (SSR) formulées par le centre hospitalier (CH) maritime de Zuydcoote, selon un arrêté paru au Recueil des actes administratifs du jeudi 15 septembre.

Sont concernées les demandes pour des activités de SSR sous forme d’hospitalisation de jour "selon la modalité de prise en charge non spécialisée" et "selon la modalité de prise en charge spécialisée dans les conséquences fonctionnelles des affections de la personne âgée polypathologique, dépendante ou à risque de dépendance", peut-on lire dans le document.

Dans les deux cas, l’ARS a estimé que "les actes décrits dans le dossier ne correspondent pas aux activités […] attendues en SSR".

Pour l’activité SSR avec prise en charge non spécialisée, l’agence estime que "le dossier n’indique pas en quoi la spécificité des prises en charge concernées ne pourrait être assurée dans le cadre d’une activité de médecine ou d’hospitalisation à domicile".

Un potentiel manque de personnel est aussi mis en avant. "La prise en charge décrite au sein du projet […] ne fait mention que de deux professionnels (médecin et infirmier) alors que l’équipe doit a minima comprendre l’intervention de compétences de médecin, d’infirmier et d’assistant de service social", est-il souligné.

Concernant l’autre demande d’activité refusée, l’ARS considère que "le dossier ne mentionne pas de réévaluation périodique du projet thérapeutique […] questionnant la visée réadaptative du projet déposé".

"Le projet ne répond pas aux conditions d’implantation et aux conditions techniques de fonctionnement de l’activité de SSR", conclut l’ARS.

Par ailleurs, une troisième demande concernant l’activité de SSR "selon la modalité de prise en charge spécialisée dans les conséquences fonctionnelles des affections des systèmes digestif, métabolique et endocrinien" a, elle, été autorisée par l’ARS.

Contactée vendredi par APMnews, la direction du CH de Zuydcoote a déclaré avoir "pris connaissance des décisions de l’ARS" et devrait se réunir "dans les prochains jours" pour aborder le sujet. Ces demandes d’autorisation concernant de nouvelles activités, "l’offre de soins de l’établissement reste la même", assure l'établissement.

HAUTS-DE-FRANCE: Le CH de Compiègne inaugure les nouveaux locaux des urgences et du Smur

COMPIEGNE (Oise) - Le centre hospitalier (CH) de Compiègne-Noyon a inauguré le vendredi 9 septembre un bâtiment pour l’accueil des urgences et un bâtiment pour le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) sur son site de Compiègne, a annoncé lundi l’établissement dans un communiqué.

Le premier bâtiment, de 559 m², comprend un accueil administratif et une zone d’attente à l’entrée des urgences, deux box infirmiers ainsi qu’une zone pour les patients en attente de soins.

"Un grand sas couvert, accessible depuis le parking et connecté au reste des urgences, permettra également de faciliter l’acheminement des patients par les pompiers et les ambulances", ajoute le CH dans son communiqué.

Le second bâtiment inauguré (207 m²) est réservé au Smur. Il intègre un espace pour les conducteurs ambulanciers et un garage où les véhicules d’intervention seront stationnés et réapprovisionnés.

Au total, l’investissement s’élève à environ 3 millions d’euros (M€), selon l’établissement, et doit permettre de créer "un plus grand levier attractivité auprès des professionnels de santé".

Ces travaux s’inscrivent dans un chantier plus global -au coût de 30 M€, dont 11,5 M€ de l’ARS, détaille le CH- qui doit permettre de créer un plateau technique comprenant un nouveau bloc opératoire et obstétrical, ainsi qu’une nouvelle unité de chirurgie ambulatoire (cf dépêche du 28/01/2016 à 11:45). La fin des travaux est attendue "pour fin 2023".

Le service des urgences du site de Compiègne accueille près de 77.000 patients par an. Il est mutualisé avec les urgences de Noyon, qui comptent environ 18.000 passages chaque année.

/syl-mg/san/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

16/09 2022
Retour

DANS LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS: CH DE CAHORS, CH DE ZUYDCOOTE, CH DE COMPIÈGNE-NOYON

Le 16 septembre 2022 (APMnews) -

OCCITANIE: Le CH de Cahors victime d'une cyberattaque

CAHORS - Le centre hospitalier (CH) de Cahors a été victime lundi d'une "intrusion informatique" qui a essentiellement impacté la messagerie, a-t-on appris vendredi auprès de l'établissement.

Les données du dossier patient informatisé (DPI) ne sont "pas impactées" car elles sont hébergées chez un "prestataire certifié hébergeur données de santé". Ainsi, l'hôpital "continue à prendre en charge normalement ses patients", explique le CH.

La "mise en sécurité du système informatique de l'établissement a été réalisée immédiatement et nécessite actuellement un accès limité à l'internet grand public".

Le service informatique, assisté de l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi) et du CERT (Computer Emergency Response Team) Cyberveille, met actuellement tout "en oeuvre pour un retour à la normale dans les meilleurs délais", précise l'établissement.

HAUTS-DE-FRANCE: Deux demandes d’autorisation pour des activités de SSR refusées au CH maritime de Zuydcoote

ZUYDCOOTE (Nord) - L’agence régionale de santé (ARS) Hauts-de-France a refusé deux demandes d’autorisation d’exercer des activités de soins de suite et de réadaptation (SSR) formulées par le centre hospitalier (CH) maritime de Zuydcoote, selon un arrêté paru au Recueil des actes administratifs du jeudi 15 septembre.

Sont concernées les demandes pour des activités de SSR sous forme d’hospitalisation de jour "selon la modalité de prise en charge non spécialisée" et "selon la modalité de prise en charge spécialisée dans les conséquences fonctionnelles des affections de la personne âgée polypathologique, dépendante ou à risque de dépendance", peut-on lire dans le document.

Dans les deux cas, l’ARS a estimé que "les actes décrits dans le dossier ne correspondent pas aux activités […] attendues en SSR".

Pour l’activité SSR avec prise en charge non spécialisée, l’agence estime que "le dossier n’indique pas en quoi la spécificité des prises en charge concernées ne pourrait être assurée dans le cadre d’une activité de médecine ou d’hospitalisation à domicile".

Un potentiel manque de personnel est aussi mis en avant. "La prise en charge décrite au sein du projet […] ne fait mention que de deux professionnels (médecin et infirmier) alors que l’équipe doit a minima comprendre l’intervention de compétences de médecin, d’infirmier et d’assistant de service social", est-il souligné.

Concernant l’autre demande d’activité refusée, l’ARS considère que "le dossier ne mentionne pas de réévaluation périodique du projet thérapeutique […] questionnant la visée réadaptative du projet déposé".

"Le projet ne répond pas aux conditions d’implantation et aux conditions techniques de fonctionnement de l’activité de SSR", conclut l’ARS.

Par ailleurs, une troisième demande concernant l’activité de SSR "selon la modalité de prise en charge spécialisée dans les conséquences fonctionnelles des affections des systèmes digestif, métabolique et endocrinien" a, elle, été autorisée par l’ARS.

Contactée vendredi par APMnews, la direction du CH de Zuydcoote a déclaré avoir "pris connaissance des décisions de l’ARS" et devrait se réunir "dans les prochains jours" pour aborder le sujet. Ces demandes d’autorisation concernant de nouvelles activités, "l’offre de soins de l’établissement reste la même", assure l'établissement.

HAUTS-DE-FRANCE: Le CH de Compiègne inaugure les nouveaux locaux des urgences et du Smur

COMPIEGNE (Oise) - Le centre hospitalier (CH) de Compiègne-Noyon a inauguré le vendredi 9 septembre un bâtiment pour l’accueil des urgences et un bâtiment pour le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) sur son site de Compiègne, a annoncé lundi l’établissement dans un communiqué.

Le premier bâtiment, de 559 m², comprend un accueil administratif et une zone d’attente à l’entrée des urgences, deux box infirmiers ainsi qu’une zone pour les patients en attente de soins.

"Un grand sas couvert, accessible depuis le parking et connecté au reste des urgences, permettra également de faciliter l’acheminement des patients par les pompiers et les ambulances", ajoute le CH dans son communiqué.

Le second bâtiment inauguré (207 m²) est réservé au Smur. Il intègre un espace pour les conducteurs ambulanciers et un garage où les véhicules d’intervention seront stationnés et réapprovisionnés.

Au total, l’investissement s’élève à environ 3 millions d’euros (M€), selon l’établissement, et doit permettre de créer "un plus grand levier attractivité auprès des professionnels de santé".

Ces travaux s’inscrivent dans un chantier plus global -au coût de 30 M€, dont 11,5 M€ de l’ARS, détaille le CH- qui doit permettre de créer un plateau technique comprenant un nouveau bloc opératoire et obstétrical, ainsi qu’une nouvelle unité de chirurgie ambulatoire (cf dépêche du 28/01/2016 à 11:45). La fin des travaux est attendue "pour fin 2023".

Le service des urgences du site de Compiègne accueille près de 77.000 patients par an. Il est mutualisé avec les urgences de Noyon, qui comptent environ 18.000 passages chaque année.

/syl-mg/san/ab/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.