Board QVT - Qualité de vie au travail

Actualités

Qualité de vie au travail et conditions de travail (QVT-CT) : un défi, des enjeux ?
 
L'objectif de la Qualité de vie au travail dans le domaine de l’urgence est de promouvoir un environnement de travail valorisant et propice à l’épanouissement des professionnels, au développement des compétences, dans l’objectif de garantir la qualité des soins.
 
Derrière le concept de la QVT-CT dans le domaine de l’urgence, nous devons proposer une réflexion, notamment autour :
- du développement professionnel,
- de la formation,
- du travail en équipe,
- de la valorisation du travail,
- de la prévention des risques psycho-sociaux,
- des conditions de travail…

Newsletter Juin 2022 

Revue de littérature


  • Article récemment paru sur l’intérêt du débriefing et de la communication chez les Paramedics Anglais que l’on peut très facilement transposer chez nous pour toute prise en charge.  lire la suite

  • Quelles ont été les supports mis en place durant les épidémies les plus appréciées des soignants?
  • Recommandation des auteurs pour gérer les crises lire la suite

Les fiches QVT

 Comment mettre en place une démarche QVT.
L’objectif d’une démarche QVT est de combiner performance et bien-être au travail. Pour mener à bien cette démarche, plusieurs étapes sont à mettre en
œuvre.
 Briefing
Le Briefing est un temps d’échange entre les membres d’une équipe.
 Feed-back.
Le Feed-Back a pour objectif de parler de ce qui a été bien fait et de ce qui doit être amélioré.

Dossiers

LA SIESTE

- le dossier complet
- l'affiche

 La sieste : quels bienfaits sur la santé ?
Diminution du risque de survenue d’un syndrome dépressif, d’insomnies, de pathologies vasculaire, de diabète, de néoplasies sont rapportés dans la littérature. Celle-ci semble assez unanime sur ce sujet, la sieste diminuerait le risque cardio-vasculaire, coronarien, et limite l’apparition d’une  HTA. Mais attention, pas n’importe quelle  sieste. C’est d’une sieste de type flash nap dont nous parlons. Une sieste longue augmenterait au contraire le risque de développer une pathologie coronarienne.
Hors situations de privation de sommeil, une sieste longue augmenterait le risque de développer un diabète. Dans une métanalyse menée en 2017, ce risque serait majoré de 31% en cas de sieste longue et n’aurait aucune incidence en cas de sieste courte < 1 heure.
Des effets sur le système immunitaire ont aussi été décrits, avec la diminution de la synthèse des protéines de l’inflammation comme l’IL6.

Objectifs du board

  • Réaliser un état des lieux des connaissances dans le domaine de la QVT-CT
    • Proposer la création de fiches techniques / fiches réflexes sur des éléments permettant d’améliorer ou de réfléchir à la QVT-CT au quotidien.
    • Assurer la veille bibliographique
    • S’informer sur ce qui est fait en dehors du domaine de la santé.
  • Diffuser les éléments de la veille bibliographique et des connaissances
    • Proposer une newsletter thématique régulière.
    • Organiser un(des) Webinaire(s).
  • Identifier des thèmes de recherche et de valorisation scientifique
    • Promouvoir des axes de recherche autour de la QVT-CT.
    • Travailler en lien avec les autres commissions de la SFMU
  • Faire un point sur ce qui est fait dans les autres pays Européen autour de la QVT et développer une collaboration (recherche et de terrain).

Composition

PRESIDENT(E)
Docteur GODDET NATHALIE SYBILLE
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
MEMBRES
Docteur ARROUY LAURENCE
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
Mme BONNET FLORENCE
CADRE DE SANTE
Envoyer un e-mail
Docteur BOUILLON JEAN-BAPTISTE
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
Docteur CIBIEN JEAN-FRANCOIS
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
Docteur COULON THIERRY
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
Docteur GIL-JARDINE CEDRIC
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
Docteur HOUZE CERFON CHARLES HENRI
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail
M. MAGNIN JEAN-BAPTISTE
AMBULANCIER
Envoyer un e-mail
M. POISSONNIER JONATHAN
AMBULANCIER
Envoyer un e-mail
M. RADOU LUDOVIC
ARM superviseur
Envoyer un e-mail
Docteur SERRE PATRICE
MEDECIN URGENTISTE
Envoyer un e-mail

Veille bibliographique

https://doi.org/10.1186/s12913-022-07676-1

Article récemment paru sur l’intérêt du débriefing et de la communication chez les Paramedics Anglais que l’on peut très facilement transposer chez nous pour toute prise charge.
En effet, ils précisent dans cette étude qualitative réalisée avec des interviews semi-directives que la majorité des retours qu’ils ont sont négatifs et uniquement lorsque l’intervention s’est mal passée. Ils identifient les principales barrières comme l’absence dlien avec l’hôpital où le patient est amené et leur statut mal compris par les médecins quont peur d’une rupture du secret médical.
A l’issue de cette première partie ils estiment aussi être en demande de retours pour l’ensemble de leurs prise en charge, de la plus simple à la plus complexe, tant qu’ils son fait avec bienveillance et dans le but de l’amélioration.
La deuxième partie de l’article propose une check-list / conduite à tenir pour un bon feedback auprès des équipes préhospitalières.


 

https://doi.org/10.3389/fpsyt.2022.812365

 Quelles ont été les supports mis en place durant les épidémies les plus appréciées des soignants?
1-Support au travail
-Communication quotidiennes sur l’évolution de l’épidémie, les adaptations locales et structurelles
-Support de l’équipe
-Avoir des patrons disponibles 24/7 pour répondre aux questions sur l’organisationnel ET sur les dernières recommandations
2-Séances de simulation (exemple habillage / déshabillage) et de débriefing
3-Mise en place d’une évaluation psychologique type évaluation post traumatique ou au moins une hotline disponible

Recommandation des auteurs pour gérer les crises:
1. Soutien du personnel individualisé avec des interventions pour aider le personnel à répondre aux préoccupations et à l'anxiété.
2. Assurer une bonne communication quotidienne avec le personnel sur les protocoles locaux adaptés et à jour. Les dirigeants doivent être visibles pour le personnel de première ligne.
3. S’assurer, dans la mesure du possible, que le personnel est bien reposé, avec accès à des pauses-repas, à des zones de répit et à un soutien social si nécessaire. Envisager d'adapter, de réformer ou d'étendre les cadres de bien-être et de soins du personnel existants pour répondre aux besoins actuels et futurs des travailleurs de la santé
4. Réduire la stigmatisation entourant la santé mentale pour le personnel. Les interventions doivent être adaptées aux besoins locaux et adaptées à la culture. Les équipes doivent discuter régulièrement de toutes les préoccupations et de l'anxiété que le personnel peut avoir liées à
l'épidémie.
5. Pour éliminer les obstacles aux consultations psychiatriques, les consultations initiales doivent être proposées dans le service des soignants et non en consultation de psychiatrie / cabinet de psychologue. Un soutien confidentiel doit être mis à la disposition du personnel.
6. Les interventions doivent être durables à long terme. L'utilisation de la télésanté et d'autres technologies était appropriée pour atténuer la propagation de l'infection.
7. Faire participer à l'élaboration et à la mise en œuvre des protocoles d’organisation les soignants pourrait être bénéfique.
8. Veiller à ce que les possibilités de formation, de supervision et de recherche soient maintenues tout au long de l'épidémie.


 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.